Sortie de mon premier roman : L’araignée et les volets de bois

Honda Transalp 750 - Premières impressions

Index de l'article

 

Quand j'ai vu la Transalp 750 lors de la présentation officielle par Honda au salon de Milan, le sentiment de continuité avec le premier modèle m'a sauté aux yeux. esthétiquement, c'est une évidence avec la version blanche qui reprend les même coloris qu'en 1987. Il y a aussi ce flanc de carénage caractéristique, la selle bleue, la partie arrière de la moto avec ce flanc qui épouse la selle.

Au niveau des caractéristiques, on retrouve les mêmes débattements de suspensions que sur la 600 à sa sortie (200 mm à l'avant, 190 mm à l'arrière), une hauteur de selle similaire de 850 mm ( cela reste modéré par rapport aux 875 mm d'une Ténéré 700). Il y aura même une selle basse en option pour ramener cette hauteur à 820 mm.

Quant à la garde au sol, je la trouvais assez limitée en regardant la Honda du salon mais les 210 mm annoncés par Honda sont proches des 214 mm de la 600 (mais réduite de combien avec le sabot?).

Quant au poids, il est contenu puisque annoncé à 208 kilos à comparer aux 199 kilos vérifiés par Moto Journal en 1987 sur la 600.

Un bon point avec le porte bagages d'origine avec les larges poignées de maintien.

Le carénage m'a paru plutôt enveloppant quand je me suis installé dessus à Milan; j'ai trouvé qu'il se rapprochait de celui de la 600 au niveau de la protection. La position debout est naturelle.

J'espère que l'on trouvera un rayon de braquage aussi bon que sur la 600 ( je le regrette parfois sur ma CB 500 X actuelle).

Le tableau de bord est lisible et pas trop encombrant et j'apprécie cette possibilité d'avoir un compte-tours circulaire avec une "aiguille". Un petit détail qui a son importance pour moi.

Je trouve regrettable que le sabot de protection ne soit pas installé d'origine, il en va de même pour les pare-mains (options obligatoires pour moi). Je crains fort que la peinture blanche qui lui va si bien ne fasse l'objet d'un supplément, ce qui va aboutir au total à un prix majoré pour avoir une Transalp conforme à l'image que j'en ai. 

L'absence de jantes tubeless me fait tiquer. Même si je n'ai crevé que trois fois en 500 000 kilomètres avec mes Transalp 600, cela a occasionné à chaque fois une petite galère et on n'est pas à l'abri d'un dégonflage rapide de la chambre à air avec des risques de chute potentiels. Est-ce que les jantes de l'Africa Twin Adventure Sports seront adaptables, et à quel prix? J'en connais qui considéreront l'absence de jantes tubeless comme rédhibitoire. 

Enfin, il y a cette interrogation concernant le moteur de 92 chevaux même si la maîtrise de Honda dans le domaine de la motorisation peut rassurer. Il est vrai que les 102 chevaux de l'Africa Twin 1100 ne m'ont jamais posé problème tant la douceur du moteur, son couple présent à bas régime et sa linéarité forment un ensemble aboutissant à une facilité d'utilisation extrême. L'expérience m'a montré que je n'avais pas besoin d'aller dans la deuxième partie du compte-tours avec les moteurs Honda que j'ai pu fréquenter. 

 

Au total, il y a beaucoup plus de positif que de négatif. Elle me parait plus homogène que l'excellente (mais trop orientée tout-terrain) Ténéré 700. Je me demande si elle ne va pas avoir ce coté couteau suisse de l'ancien modèle, à savoir un juste milieu entre la Tracer 700 et la Ténéré 700 pour rester dans la gamme Yamaha. La comparaison avec la Suzuki V-Strom 800 assez proche sur le papier (avec un poids annoncé de 230 kilos étonnant!) sera intéressante.