Sortie de mon premier roman : L’araignée et les volets de bois

Honda Transalp 750 - Présentation de la Honda Transalp 750 au salon EICMA de Milan

Index de l'article

 

 

J'ai eu beaucoup de chance cette année. Tout d'abord, j'ai pu me rendre au salon EICMA, ensuite la nouvelle Transalp 750 devait y être présentée, enfin j'ai obtenu une accréditation réservée à la presse le premier jour. Et, cerise sur le gâteau, j'y suis allé en trois jours sur des routes de rêve pour 1500 kilomètres de bonheur.

Ce matin, je dois reconnaître que je suis excité comme une puce et je n'ai pas besoin de réveil vu que le sommeil m'a quitté à 5 heures! Je suis dans les premiers devant l'entrée des halls d'exposition.

Atmosphère calme et, sur le stand Honda, il y a ça:

 

 

 

 

 

La conférence de presse de Honda n'est prévue qu'à 10 heures et il faut patienter encore un peu. Mais je me penche et constate avec plaisir que la roue avant est bien une 21 pouces. Ouf!

A l'heure dite, je suis sagement assis dans l'auditorium, au premier rang, comme les bons élèves. Il faut dire que je suis motivé. Après le discours d'usage, le vice président de Honda Europe, annonçe cette Transalp tant attendue qui entre sous les applaudissements nourris de la salle. Je ne suis à priori pas le seul à être enthousiaste.

Première surprise, elle apparaît dans sa superbe livrée blanche qui rappelle la première Transalp de 1987 mais sans le sabot de protection, ni les pare-mains. Ce ressemble fort à une politique des options dont BMW s'est fait le spécialiste depuis longtemps...

Deuxième surprise et non des moindres, le maintien de la puissance de la Hornet qui partage son moteur avec elle. Etonnant de conserver ces plus de 90 chevaux pour la version trail.

 

 

 

 

Je rejoins vite  le hall où Honda expose afin de voir de près cette nouvelle Transalp. Il y a d'abord la version de base dans un gris un peu tristounet et l'absence de sabot n'arrange pas les choses. La plus belle, c'est la blanche. Il y a un bel équilibre dans les lignes, une sorte de justes proportions. Le sabot moteur en aluminium est très beau avec des tubes protecteurs intégrés. Elle est superbe de profil et me rappelle tant mes 600 Transalp.

La troisième est munie de toutes les options disponibles: outre le sabot et les pare-mains, on trouve une grille de radiateur au nom de la Transalp, des déflecteurs, des repose-pieds crantés, une protection tubulaire, des phares additionnels, des sacoches, une selle plus basse, des liserets de jantes au nom de la Transalp. J'y suis monté à plusieurs reprises (je suis un grand gourmand!) et je préfère la selle plus haute mais elle va certainement satisfaire les moins grands d'entre nous. En tout cas, rien à voir avec la trop haute Ténéré 700, elle est accessible cette moto. Sur la blanche, j'aime la selle bleue et j'ai testé la position du passager qui m'a paru bonne avec des repose-pieds pas trop hauts.

J'ai vu avec plaisir que les débattements étaient conséquents (200 mm, 190 mm). Mais, en me baissant, j'ai eu le sentiment que la garde au sol était certainement plus faible que sur la 600 Transalp. Il faut dire que l'excroissance sous le moteur est importante. Je me pose même la question de la possibilité d'installer une béquille centrale. A voir...

Le tableau de bord est lisible et de taille réduite, ce qui est une bonne chose pour moi. On peut opter pour un dessin avec le compte-tours rond à aiguille, comme "à l'époque" et cela me plaît.

Le commodo gauche est plus simple que celui de l'Africa Twin (encore heureux!) mais je ne trouve pas les recherches dans les menus intuitives. Il faut dire que je suis un vrai dinosaure dans le domaine...

Je me suis senti bien en position debout.

Au fait, il se confirme qu'il n'y a pas de pneus tubeless.

Autre grief, sur le plan mécanique, exit la boîte DCT. Il n'y en aura pas, même dans les années suivantes.

Pour l'instant, pas de prix annoncé mais je crains que les options obligatoires (une Transalp sans sabot de protection et pare-mains, c'est impensable!) ne fassent grimper la note.

D'après moi, elle risque de faire du mal à l'Africa Twin, surtout avec un moteur qui n'a pas été dégonflé.

Je suis retourné la voir avant la fermeture du salon aujourd'hui et je trouve qu'elle a su conserver cet équilibre si particulier qu'avait la Transalp 600 à sa sortie. J'espère que les essais confirmeront mes premières impressions.

 Assez parlé, place aux photos:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

Options:

 

Repose-pieds crantés

 

 

Protection tubulaire et déflecteur (derrière le clignotant)

 

 

 Grille de protection de radiateur 

 

Liserets de jantes

 

Sacoches (comme souvent, hélas, la droite est moins grande)

 

 

 

Vue d'ensemble de la moto toute équipée (y compris la selle basse)

 

 

A noter la position assez haute du garde-boue, ce qui est un bon point en tout-terrain

 

 

Voilà mon petit résumé de la journée. Difficile de le cacher, je suis sous le charme mais je ne suis pas le seul. J'ai discuté avec des motards de passage, Italiens, Allemands, Suisses, Français et tous semblaient séduits.

 

Il y en a une autre qui m'a tapé dans l'oeil sur ce salon et ça, je ne m'y attendais pas car j'ignorais (et je pense que tous étaient dans mon cas) qu'elle serait présentée. Je vous en parlerai à mon retour car la fatigue se fait sentir et mon ordi rame comme ce n'est pas permis.

Demain, deuxième et dernière journée au salon et ensuite, trois jours de route avec ma fidèle CB 500 X. Dure la vie de retraité!

 

 

 

9 novembre 2022.

 

La nuit porte conseil, dit-on, et c’est donc encore plus motivé que j’ai rejoint le salon pour une deuxième journée intensive.

 

Je suis d’abord aller voir la Transalp (on ne se refait pas…) pour mieux la comprendre. Bonne nouvelle, la béquille centrale est bien en option contrairement à mes réserves d’hier.

 

J’ai vu qu’il y avait cinq packs d’équipements prévus.

 

Pack Urbain : top-case 50 l, panneaux aluminium, base de fixation, dosseret passager, sacs intérieurs, bulle haute et béquille     centrale.

 

Pack Touring : valises latérales (D 26 l / G 33 l), panneaux aluminium, supports de valises, sacs intérieurs et poignées chauffantes.

 

Pack Adventure : protections tubulaires latérales, feux antibrouillard à LED, pare-carters et grille de radiateur.

 

Pack Rallye : système de passage rapide des rapports, pare-carters, sabot moteur, repose-pieds rallye, protège-mains avec extensions.

 

Pack Confort : sacoche réservoir 3 l, bulle haute, déflecteurs d’air, repose-pieds passager confort et prise 12V.

 

  

Je reste interrogatif sur la puissance de 92 chevaux.J’étais persuadé que Honda aurait travaillé sur le moteur pour le rendre plus coupleux, moins vif que celui de la Hornet qui s’adresse à une autre clientèle plus avide de sensations. J’espère que cela ne va pas être au détriment de l’agrément moteur. Je n’ai jamais vu Honda se planter sur ce sujet, j’espère que ce sera une nouvelle fois le cas.

Aujourd’hui, il commençait à y avoir pas mal de monde et je n’ose imaginer ce que cela sera demain lors de l’ouverture au public. La seule Transalp sur laquelle on pouvait monter a été prise d’assaut. Et je me suis d’ailleurs de nouveau installé sur la moto pour m’en imprégner en attendant de pouvoir en prendre le guidon.

Le nouveau Scrambler CL 500 avait été installé ce matin et j’ai également pu apprécier sa position de conduite. Il est équipé de la roue de 19 pouces et de la fourche de la CB 500 X et on y est installé un peu de la même manière. Selle plus basse cependant. Il m’a bien plu, ce petit Scrambler.

Pour en revenir à la Transalp, après être allé voir sa concurrente la Suzuki V-Strom 800, j’ai trouvé la Honda plus aboutie esthétiquement, avec une harmonie générale de l’ensemble de la moto. La Suzuki m’a moins parlé, mais les goûts et les couleurs… Il sera intéressant de comparer ses deux motos qui sont sur le même terrain, celui du trail de moyenne cylindrée pas trop exclusif (à la différence de la Yamaha Ténéré 700 à l’orientation tout-terrain clairement affirmée).

Je trouve que le sabot moteur est une très belle pièce.

 

 

Les pare-mains  sont également esthétiques.

 

 

Demain, je prends le chemin du retour. Au revoir Madame Transalp. Merci à Honda d’avoir respecté la philosophie des Transalp 600 (avec un point d’interrogation concernant le moteur). Comme dirait Jean de La Fontaine, si le ramage se rapporte à son plumage, on devrait avoir une sacrée machine.

Il n’y a plus qu’à attendre l’essai...