Sortie de mon premier roman : L’araignée et les volets de bois

Lorsque je relis les anciens numéros de Moto Journal, il m'arrive parfois de retrouver des articles qui m'avaient marqué, à l'époque. Au point que je ne m'étais pas contenté de les lire, non, je les avais dévorés, disséqués, tellement ils étaient passionnés et passionnants. 

 

Ce sont surtout les essais de mon hebdo favori qui avaient été l'objet de tant d'intérêt de ma part, car, à travers eux, je m'immergeais dans le monde de la moto qui, peu à peu, devenait indispensable à mon équilibre.

Je réalise maintenant que ces essais ne concernaient pas forcément des motos qui me correspondaient, mais l'auteur de l'article avait su capter mon attention, du début à la fin, comme savent le faire les bons écrivains ou cinéastes.

Les relire bien des années après m'a montré que je ne les avais pas enjolivés par la grâce du souvenir, mais qu'ils étaient précis, détaillés, avec un brin de poésie parfois, bref qu'ils avaient ce je ne sais quoi que je retrouve beaucoup trop rarement dans les articles actuels. Cette tendance lourde à réduire le texte, à ne pas s'attarder sur les impressions subjectives de l'essayeur, à ne plus trop décrire l'environnement, les anecdotes.

C'est, semble-t-il, l'évolution inéluctable de la presse moderne, comme l'a honnêtement reconnu un journaliste de Moto Journal en réponse à mon courrier.

Quel dommage! Combien de fois ai-je terminé la lecture d'un essai frustré, cherchant vainement une page supplémentaire qui m'aurait échappé.

Voilà donc quelques uns de ces essais qui ont su m'enchanter et me faire encore plus aimer la moto.