Sortie de mon premier roman : L’araignée et les volets de bois

Honda Africa Twin CRF 1100 L, l'aventure continue - Comparaison avec la BMW 1250 GS

 

 

 

 

Dans tous les essais de la presse, la comparaison du modèle Adventure Sports avec la BMW 1250 GS a été faite, les journalistes montrant une certaine réserve face à la volonté de Honda de se mesurer directement à cette rivale redoutable qui plait beaucoup en France et en Europe.

Je suis allé jeter un œil sur le site de BMW (très bien fait au demeurant) car je voulais pouvoir comparer l’Africa Twin (que je connais bien) à la BMW.

Prix de base :

Honda : 16499 euros.

BMW : 17600 euros. Si l’on ajoute trois équipements d’origine sur la Honda et en option sur l’Allemande (pare-mains, poignées chauffantes, régulateur de vitesse), le prix passe à 18280 euros, soit 1781 euros de moins pour la Honda.

La BMW offre un cardan, la Honda une superbe boîte DCT en option (1000 euros) et des phares directionnels, la BMW pèse 249 kg, la Honda 238 kg. Réservoir de 20 litres pour la BMW, de 24,8 litres pour la Honda. La BMW développe 136 chevaux pour 102 chevaux à la Honda.

Tout en écrivant cela, je réalise qu’au-delà de ces comparaisons chiffrées, on a affaire à deux motos différentes. Ayant essayé les deux motos, je dirais que d’un côté, il y a un trail, de grosse cylindrée certes, mais qui a gardé les gênes du trail avec la roue de 21 pouces fine, la finesse de l’ensemble et des capacités en tout-terrain une nouvelle fois mises en avant par la presse.

De l’autre, c’est une superbe routière qu’offre BMW. Même si le constructeur bavarois met régulièrement en avant les capacités tout-terrain de GS 1250 (notamment par l’intermédiaire du GS Trophy) , je considère que cette image est un peu usurpée. J’ai beaucoup aimé cette BMW lors de mon essai, même si je l’ai trouvé trop sportive. Oui, vous avez bien lu ! Le flat-twin très souple au demeurant, m’a donné l’impression d 'être trop rageur pour moi au fur et à mesure qu’il montait en régime. Je regrettais alors la linéarité du moteur de l’Africa Twin ; de même, je l’aurais voulu plus silencieux. Sinon, j’avais de nouveau constaté l’excellence de son train avant très sécurisant. Lors de mon récent essai de la nouvelle Africa Twin 1100, c’est la même réflexion que j'ai eue « Quel train avant ! ». Mais le ressenti est complètement différent. Ou comment arriver au même résultat avec des techniques différentes.

C’est pour cela qu’il me parait impossible de conseiller l’une ou l’autre. Elles évoluent dans le même créneau du gros trail mais elles sont trop différentes. Chacune a sa personnalité propre avec de forts arguments des deux côtés.

Il n’est pas difficile de faire son choix. Il suffit de se rendre chez les concessionnaires des deux marques et de se faire son opinion en les essayant. Compte tenu de leurs qualités respectives, je ne me fais pas de souci, le futur propriétaire de l’une ou l’autre repartira satisfait.

Quant à moi, j’ai fait mon choix « théorique » : une Africa Twin munie de la boîte DCT (si agréable à l’usage aussi bien en mode tranquille qu’en conduite sportive).

Mais, dans la vraie vie, c’est un trail plus modeste qui fut mon choix, il y a six mois. Et pour mon plus grand bonheur !