Laverda 1000 V6: éphémère

 A travers cette Laverda, c'est toute la passion d'un peuple italien pour la moto qui transparait

 En effet, il fallait oser se lancer dans ce projet d'un moteur V6, certes puissant, mais à priori peu adapté à la moto.

L'article explique d'ailleurs les difficultés techniques auxquelles furent confrontés les ingénieurs de Laverda avec le couple de renversement et la transmission finale par couple conique.

Autre écueil pour une moto destinée à participer au Bol d'Or: le poids:l'ensemble boîte-transmission pesait déjà 175 kilos et la moto complète en ordre de marche 250 kilos. Cela commençait à faire lourd!

Enfin , le journaliste privilégié, l'inévitable Alan Cathcart, enthousiasmé par ce moteur au bruit sublime et très utilisable, était plus circonspect en ce qui concerne les qualités routières: " c'est une sorte de camion auquel il faut envoyer une lettre recommandée avec accusé de réception avant de changer de trajectoire. Ah! Elle est stable , mais n'aime pas vraiment tourner" La forcer dans une chicane ou même dans une épingle est un sacré exercice physique"

Un peu gênant sur circuit. Pauvres pilotes! Peut-être ont-ils été soulagés quand le cardan de l'arbre central de transmission cassa net après huit heures et demi de course....

De la course, devrais-je dire, car ce fut la seule apparition de la moto.

Elle réussit malgré tout à battre un record, celui de la machine la plus rapide.... en ligne droite: 283 km/h.

N'empêche, quale bella macchina!

 

Moto Journal 13 juin 1991

 

Moto Journal 13 juin 1991

 

Moto Journal 13 juin 1991

 

Moto Journal 13 juin 1991