Siccardi

Après avoir connu des décennies de gloire et de succès commerciaux, la moto française a lentement disparu du paysage et n’a connu, depuis, que quelques balbutiements , à travers des projets plus ou moins aboutis .



Mais, pour le motard passionné que j’étais  ( et que je suis toujours),  mon cœur a battu un peu plus fort à l’annonce d’une nouvelle moto française en cours d’élaboration.

Ce fut le cas avec la Siccardi présentée au Salon de la Moto de Paris en 1981.

Les Ateliers de Construction Siccardi (ACS), à l’origine de ce beau projet, prévoyaient de se lancer dans le grand bain de la compétition, afin, je pense, d’acquérir une notoriété, avant de passer à la production de motos de série .

Ce qui m’avait tout de suite séduit, c’était la fabrication d’un moteur entièrement nouveau, un trois cylindres de 1000 cm3 qui devait s’attaquer aux courses d’endurance. Derrière ce projet, une entreprise sérieuse et compétente dans le domaine de la mécanique était aux commandes. Il y avait également la présence de Claude Fior, bien connu dans ma région, et dont les idées en matière de partie cycle méritaient d’être mises en valeur.

Techniquement, avec un moteur porteur, une fourche  Fior  à deux triangles superposés , des amortisseurs oléopneumatiques Fournales, une puissance annoncée de 150 chevaux et un poids de 172 kilos, l’ensemble était alléchant.

Hélas, une modification de la réglementation avec le passage à une cylindrée de 750 cm3 et l’obligation de produire au moins 1000 exemplaires du moteur empêchèrent ce projet (trop ?) ambitieux d’aller à terme.

Pourtant, elle avait de la gueule, cette moto présentée sous toutes les coutures par mon hebdomadaire.

 

Siccardi Moto Journal 22 octobre 1981

Siccardi Moto Journal 22 octobre 1981

Siccardi Moto Journal 22 octobre 1981

Siccardi Moto Journal 22 octobre 1981