Voxan VX 10, l'éphémère

J’ai un attachement particulier pour cette moto française.



Parce qu’elle a été construite par Voxan, le seul fabricant de motos routières.

Parce que j’ai suivi , pas à pas, la naissance de cette nouvelle marque à la fin des années 1990.

Parce qu’elle aurait pu, d’après moi, permettre à Voxan de ne pas disparaître, seule réelle nouveauté depuis trop longtemps.

Parce que j’ai eu la chance, lors d’un rassemblement avec le Voxan Club de France, en Auvergne, de pouvoir l’admirer,  la toucher, la photographier sous toutes ses coutures et que, ce jour là , je m’étais mis à espérer des jours meilleurs pour notre marque nationale dont la vie avait été tout, sauf un long fleuve tranquille.

Parce que j’avais écrit un petit texte illustré par mon neveu Damien, dans lequel je racontais la nuit d’un motard au bord du désespoir qui retrouvait goût à la vie après quelques heures au guidon de sa Néfertiti.

Parce que j’avais commencé à écrire une nouvelle, qui faisait suite aux deux précédentes, dans laquelle, « mon » motard voyageur partait au guidon d’une VX 10 pour s’aventurer, cette fois-ci dans les régions d’Asie.

Parce que, si j’avais été plus riche, j’en aurais acheté une, et j’aurais été fier de rouler à son guidon.

Je l’appelle Néfertiti l’éphémère car j’aimais bien ce premier nom qui lui avait été donné avant sa sortie et parce qu’elle a disparu aussi vite qu’elle était arrivée, une triste journée de mai 2010.

 

Voxan VX 10

Voxan VX 10

Voxan VX 10

Voxan VX 10

Voxan VX 10

Voxan VX 10

Voxan VX 10

Voxan VX 10

Voxan VX 10

Voxan VX 10

Voxan VX 10

Voxan VX 10

Voxan VX 10

Voxan VX 10

Voxan VX 10

Voxan VX 10

Voxan VX 10

Voxan VX 10

Voxan VX 10

Voxan VX 10

Voxan VX 10

 

 

Voxan VX 10

Voxan VX 10

Voxan VX 10