Sortie de mon premier roman : L’araignée et les volets de bois

Comparatif des Honda et Kawasaki d'endurance

 1976: les deux meilleures motos d'endurance du moment sont à l'essai dans Moto Journal!

 

 Imaginez aujourd'hui un comparatif entre la Suzuki GSX R du SERT et la Kawasaki ZX10R, avec en outre les avis des pilotes de ces machines.

C'est ce à quoi les lecteurs de Moto Journal avaient eu droit ce 14 octobre 1976.

A la lecture des chiffres communiqués, je comprends mieux ce que le mot progrès veut dire....

115 chevaux au vilebrequin! A comparer avec les puissances des motos en vente actuellement chez son concessionnaire où l'on frôle les 200 chevaux (avant bridage en France).

Et pourtant, il avait été impressionné, l'heureux journaliste Guido Bettiol: " La première impression, quand on ouvre les gaz en grand est qu'elle va s'envoler, qu'elle va décoller du sol cette kawa, ce n'est pas possible qu'elle continue à rester sur le sol. On a beau avoir l'habitude des grosses motos de tourisme, à côté, elles ont des reprises de mobylette. On sent la tête qui va en arrière, le cerveau qui veut rester sur place, le sang qui s'en va du front et qui cherche en vain un reniflard pour s'échapper".

Entre la Kawasaki préparée par Godier-Genoud et la Honda d'usine, cette dernière était plus facile à conduire avec une puissance plus progressive. La présence des carburateurs à dépression était à l'origine de ce caractère moteur. On trouve là cette volonté très souvent affichée du 1er constructeur mondial de proposer des motos évidentes à piloter. En endurance, c'est un atout considérable et le palmarès de cette moto prouva le bien fondé de cette démarche. La présence de deux pilotes au lieu de trois maintenant rendait encore plus nécessaire le fait de pouvoir disposer d'une moto confortable.

L'avis des pilotes était d'ailleurs instructive à deux titres. Ils étaient les mieux placés pour le le donner et on peut noter que, à cette époque, il n'était pas interdit de dire du mal de sa machine. Je ne suis pas sûr que les pilotes d'usine actuels parleraient aussi librement des défauts de leur machine....

C'est ainsi que le tout jeune Christian Sarron et Denis Boulom, brillants deuxièmes du dernier Bol d'Or n'hésitaient pas à trouver leur Kawasaki lourde, avec un moteur brutal et pointu. Le manque de souplesse est souligné et ils se félicitent qu'il n'ait pas plu au Bol d'Or. Etonnamment, ils trouvent que la Yamaha 700 TZ, célèbre moto de course du moment est plus facile à piloter. 

Quant à Georges Godier, le préparateur de la Kawasaki, il considérait que les quatre cylindres en ligne avaient le défaut d'être très larges et se demandait si le quatre cylindres en V ne serait pas la solution. Honda y songea aussi mais alla jusqu'à la réalisation avec les succès que l'on sait en endurance.  

Un détail: la Honda démarrait au kick uniquement ....

C'était une autre époque, cela ne fait aucun doute, quand on voit les photos.

 

Moto Journal 14 octobre1976

 Moto Journal 14 octobre1976

 

Moto Journal 14 octobre1976

 

Moto Journal 14 octobre1976

 

Moto Journal 14 octobre1976

 

Moto Journal 14 octobre1976

 

Moto Journal 14 octobre1976

 

Moto Journal 14 octobre1976

 

Moto Journal 14 octobre1976