Sortie de mon premier roman : L’araignée et les volets de bois

Première partie: Honda 125 CG, la belle vie d'un petit mono - chapitre 4

Index de l'article




A 95 000 kilomètres, le petit mono fut l’objet de toutes les attentions en vue d’un grand voyage en Afrique. Réservoir « maison » de 32 litres, porte bagages spécial, amortisseurs et chaîne renforcés. Un examen de son cylindre révéla de légères rayures et il fut décidé, par précaution, de le réaléser. Par contre, l’embrayage était comme neuf.

Honda 125 CG

Honda 125 CG

Honda 125 CG

Honda 125 CG

 

 

 

 

Un deuxième CG, plus récent, reçut le même traitement « spécial désert ».

 Honda 125 CG

 Honda 125 CG

Honda 125 CG

 

Un accident mit fin au voyage de la petite sœur et mon CG poursuivit seul sa virée africaine.

Honda 125 CG Erg Occidental

Avec sa tenue de baroudeuse, la petite moto, montra ses capacités à voyager …. tant qu’elle fréquentait les routes. Les pistes algériennes furent éprouvantes pour son pilote. Je ne me souviens pas des débattements de la fourche, mais ils devaient être très réduits ; quant au moteur, les 11 chevaux étaient un peu à la peine pour me sortir des passages sablonneux. Bref, elle révéla ses limites en utilisation tout terrain, mais, ça, j’aurais pu m’en douter avant de partir !

Honda 125 CG Erg occidental

Honda 125 CG Algérie


Une rencontre avec Manfred, un chaleureux Autrichien, fut l’occasion de comparer les qualités respectives de nos montures.
Bilan : la XLR 600 passait nettement mieux les bancs de sable …. mais le petit mono était plus facile à pousser quand il se retrouvait planté dans un passage trop sablonneux. Je conclus, en toute impartialité( !), à un match nul.



Mon petit mono totalisait alors 105 000 kms et, après quelques années de repos dans le garage familial, je le donnai à un ami qui souhaitait se mettre à la moto. Il roula un an avec et, une fois familiarisé avec les 11 chevaux de l'engin, passa le permis gros cube.

Un autre ami prit le relais et possède toujours cette moto.

Le bilan de cette moto mythique dans la gamme Honda, tant elle a été produite, puis copiée dans le monde entier , est positif.

Je trouve que la phrase : « Il ne faut pas se fier aux apparences » lui convient très bien.

Sous son air de grosse mobylette, elle se révèle être une grande voyageuse, robuste et fiable.

Honda 125 CG

PS : par respect pour elle, je vous demande de ne pas tenter de la comparer aux 125 actuelles. D’avance, merci.

PS 2 : elle vient juste de fêter ses 28 ans


Bilan


Version journalistique :

Qualités :

Souplesse et couple du moteur.
Consommation.
Solidité.
Carter de chaîne, le cardan des 125.
Entretien facile.

Défauts ;

Freinage inexistant;
Tenue de route « imprécise ».
Amortisseurs style pompes à vélo.
Tableau de bord ( pas de compte tours, pas de totalisateur journalier).
Eclairage.
Repose pieds passager non suspendus.



Version personnelle


Qualités :

Aime les voyages.
Supporte la chaleur et le froid.
Accepte la surcharge.
Cinq places assises (constat fait dans les rues d’Ispahan : deux enfants sur le réservoir et un entre le père, au guidon ,et la mère, passagère).
Ne demande jamais : « C’est quand qu’on arrive » ? » en soupirant.
Donne (beaucoup) plus qu’elle ne promet.
A toujours un petit mot d’encouragement pour son pilote quand ce dernier commence à fatiguer.
Tient la cinquième avec un fort vent de face alors que la 125 twin du frangin, avec ses pots relevés, ses 16,5 CV à 12 000 tr/mn, « s’écroule » et doit garder la quatrième, voire la troisième, me permettant, en ma qualité de frère aîné, de garder la tête haute !
A un grand sens de la diplomatie (ne tombe pas en panne afin que je puisse cacher mes faibles connaissances en mécanique).


Défauts

Dès que j’ai trouvé, je vous envoie un message !

 

 

 

29 octobre 2011: j'ai revu la moto de mes débuts. Elle roule toujours, même si elle n'avait pas tourné depuis presque un an. J'ai été heureux de pouvoir poser mon regard sur celle qui m'a fait découvrir les joies du deux roues et du voyage.

Et, malgré ses 31 ans et son kilométrage, je lui ai trouvé plutôt bonne mine.

Honda 125 CG

Honda 125 CG

Honda 125 CG

Honda 125 CG

 

Novembre 2018: après ces longues années éloignés l'un de l'autre, nous avons passé quelques belles semaines ensemble avec un retour vers un pays qui nous avait tant séduits en 1982. C'est avec la même complicité que nous avons parcouru ce retour aux sources de 3000 kilomètres. Une véritable cure de jouvence! 

 

 

 

            Article suivant: Deuxième partie: Honda 500 VTE, la vie trépidante d'un vaillant V-twin