Sortie de mon premier roman : L’araignée et les volets de bois

Triumph Scrambler 1200: le scrambler en version trail - L'essai de Moto Journal

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au tour de mon hebdomadaire, devenu ( hélas) bimensuel et (encore hélas) dernièrement racheté par les Editions Larivière qui  possèdent son concurrent principal, Moto Revue, lui-même devenu mensuel. Décidément, la presse moto va mal. 

Sous la photo de présentation de l'essai, le journaliste ne peut s'empêcher d'écrire "en étant un poil tatillon, on n'aurait pas été contre un caractère moteur plus prononcé". Pourtant, l'essai révèle un bicylindre souple, "un couple qui permet de ressortir parfaitement des virages et de prendre rapidement de la vitesse, des montées en régime vigoureuses et une belle allonge du twin". Il est ajouté que, "à aucun moment, le moteur ne se montre explosif ou violent". Je considère cela comme une qualité, surtout sur une moto destinée à la ballade, mais il faut croire que cette notion de moteur de caractère est encore bien ancrée chez certains journalistes bien que loin des désirs de la plupart des motards.

La belle sonorité de l'échappement est soulignée, la qualité du châssis également qui "fait merveille sur route tortueuse".

Comme ses concurrents, Moto Journal a été admiratif devant la qualité de la finition de la Triumph (matériaux employés avec beaucoup de pièces en alu, souci du détail).

Les amortisseurs développés avec Ohlins ont fait étalage de leur efficacité. Bonne maniabilité. Freinage "au top". Cette moto cumule beaucoup de qualités.

La réserve concerne le modèle XE à l'orientation tout-terrain plus prononcée. Le journaliste estime (à juste raison) qu'une moto de ce gabarit exige tout de même de sacrées compétences en pilotage pour pouvoir être exploitée et il a trouvé la XE moins homogène sur route avec un train avant "offrant moins de feeling en entrée de virage". En outre, "les freinages appuyés provoquent un mouvement de cheval à bascule plus prononcé et la longueur plus importante (bras oscillant et empattement plus longs) lui fait perdre en maniabilité et en vivacité face à la XC".

Cela confirme mon sentiment que le modèle XC est la version la plus homogène. La XE vend, quant à elle, du rêve. C'est une tendance de l'ensemble des constructeurs de montrer leurs gros trails dans des lieux exotiques avec des pilotes aguerris à leur guidon sautant les obstacles, franchissant des gués, grimpant des montagnes même si l'on sait qu'une infime minorité osera s'aventurer dans de tels endroits avec des motos haut de gamme coûteuses. Il serait d'ailleurs temps que les constructeurs proposent également des trails plus accessibles. J'ai vu que KTM présentait sa 790 Adventure mais, si la cylindrée a diminué, que dire du prix! Il y aura aussi Yamaha avec sa future 700 Ténéré qui devrait être sous les 10 000 euros mais avec une orientation tout-terrain qui me semble un peu trop marquée (on dirait une moto d'enduro). Chez Honda, la petite CB 500 X va "chausser" du 19 pouces à l'avant, mais les débattements de suspensions, bien qu'en légère augmentation, me paraissent encore un peu faibles. En fait, il faudrait une sorte de Transalp moderne, une moto pas trop puissante, avec une cylindrée moyenne, une puissance et un prix raisonnables offrant une véritable homogénéité lui permettant, à l'occasion, de fréquenter avec modération le tout-terrain.

Je m'égare un peu, l'article est consacré à cette belle Triumph diablement réussie. La seule question que je me pose, c'est au sujet de la protection contre le vent. Que donne-t-elle au quotidien, munie d'un pare-brise? J'ai fini par m'habituer au rempart efficace que procure le carénage de mes Transalp et un minimum en la matière me parait indispensable pour le confort de conduite.

En tout cas, bravo à Triumph pour avoir donné naissance à cette belle moto!