Sortie de mon premier roman : L’araignée et les volets de bois

Triumph Scrambler 1200: le scrambler en version trail

Je sillonne les routes de France et d'ailleurs depuis un paquet d'années. Après neuf années au guidon de routières, j'ai découvert le trail en 1989 et ce fut une révélation. J'étais bien installé dessus; la position droite, surélevée avec un large guidon me permettait d'embrasser la route et le paysage qui se présentaient devant moi. Les grands débattements offraient une souplesse bienvenue quand on roule beaucoup comme je le faisais alors. Et la géométrie de la moto la rendait apte à quitter le bitume pour s'aventurer sur les chemins et les pistes que j'étais amené à rencontrer lors de mes voyages de l'autre côté de la méditerranée ou dans les pays du Moyen Orient.

Je n'ai alors plus quitté le monde du trail tant j'aimais sa polyvalence.

Pendant de longues années, j'ai assisté à la montée en puissance des sportives, des roadsters, des grandes routières. Pas vraiment ma tasse de thé.

Depuis peu, c'est "ma" catégorie qui est l'objet de toutes les attentions des constructeurs pour ma plus grande joie. Bien sûr, tous les modèles présentés ne me plaisent pas; je trouve d'ailleurs que certains s'engagent sur une mauvaise route en commercialisant des mastodontes à la puissance déraisonnable et inutile et à la complexité de plus en plus grande. Quant au prix.... Dans le nombre, beaucoup retiennent mon attention malgré tout.

Aujourd'hui, 25 octobre 2018, je viens de parcourir une nouvelle fois l'article consacré à la nouvelle Triumph Scrambler 1200. Je savais qu'elle était en cours de finalisation, mais je n'y avais pas prêté attention plus que cela. J'imaginais une continuité avec la petite sœur, la Street Scrambler. Or je regrettais que cette dernière, sous une robe magnifique, ne soit qu'un roadster modifié, avec ses minuscules 120 mm de débattements de suspensions. Je trouvais cela d'autant plus dommage que la moto possède une finition superbe.

Et, excellente surprise, les photos publiées sur Moto Services montrent une Triumph avec un avant si fin qu'il ne trompe pas. C'est bien une roue de 21 pouces qui officie et les débattements des suspensions apparaissent eux aussi se rapprocher des valeurs rencontrées sur les trails. Cela promet un comportement routier que j'adore, avec un ressenti de la route bien particulier. Je vérifie les caractéristiques techniques de la moto; oui, c'est bien cela, 200 mm de débattements à l'avant et à l'arrière. Un modèle plus tourné vers le tout-terrain est même proposé, avec 250 mm. Le poids annoncé est contenu (205 kg à sec), la puissance raisonnable (90 chevaux).

J'ai parcouru l'article à plusieurs reprises, m'attardant sur les photos de la nouvelle Triumph. Elle est très belle, par sa simplicité, l'esthétique des ses différentes pièces qui s'harmonisent entre elles. Il y a une somme de détails qui, au final, donnent une moto superbement équilibrée, jusqu'au feu arrière posé sur le garde-boue. La qualité semble au rendez-vous, mais je crois que c'est une constante chez Triumph maintenant.

C'est certain, elle mérite que j'ouvre un nouvel article qui lui sera consacré. Bien sûr, c'est une grosse cylindrée avec un prix bien au delà de mon budget, moi qui attends désespérément que les prix des Africa Twin d'occasion baissent à l'approche de l'hiver, mais elle m'a tapé dans l'oeil comme l'a fait il n'y a pas longtemps la Moto Guzzi V85 TT.

Bienvenue dans la famille des trails, Madame Triumph, même si vous avez revêtu un habit de Scrambler pour brouiller les pistes!