Sortie de mon premier roman : L’araignée et les volets de bois

Honda CB 500 X, la petite NCX 700 - L'essai de Caradisiac Moto

 

 

 

 

 

J'ai lu un cinquième essai publié par Caradisiac Moto. Le journaliste insiste sur le fait que la moto n'est pas adaptée à du tout-terrain trop accidenté compte tenu des faibles débattements de suspensions. Cela me parait tout à fait normal mais les films montrant la petite Honda dans de belles dérives sur les chemins de terre peuvent avoir tendance à induire en erreur sur ses réelles capacités en off road. Il vaut mieux avoir conscience de cela, même si je sais que la très grande majorité (dont je fais partie) n'ira jamais s'aventurer en tout terrain, hormis quelques incursions sur des chemins roulants. Ces essais presse organisés par les constructeurs mettent un peu trop l'accent sur le tout terrain parce que cela fait rêver ( ce fut la même chose il n'y a pas longtemps avec la présentation de la très belle Triumph Scrambler 1200) mais cela ne concerne en définitive qu'une infime minorité. Le quotidien, la réalité du motard, c'est tout autre chose.

Sinon, on retrouve les qualités déjà mises en avant dans les précédents essais. "La rigueur de la partie cycle de la CB500 X impressionne et la direction se révèle aussi légère à guider que précise. Un régal sur une moto de cette gamme". "Les pneumatiques "à pavés" Dunlop TrailMax Mixtour, une "mixture" route et tout chemin, sont excellents nous apprécions la position de conduite dite sénatoriale". "Au fil des kilomètres, les qualités dynamiques du trail routier n'ont de cesse de convaincre et de donner toute confiance en son potentiel. Rassurant, sécurisant, on oublie totalement la moto au profit de la connexion avec la route et avec l'accélérateur".

 

Les qualités du moteur sont soulignées par l'essayeur. "Il a beau ne faire "que" 471 cm3 et titrer "seulement" 35 kW, le bicylindre 100 % A2 de la CB500 X est de la catégorie des plus coupleux et somme toute assez nerveux lorsque l'on commence à le chatouiller".

Sa souplesse est convaincante, ce qui est pour moi une qualité essentielle, car permettant la conduite coulée que j'affectionne. "Restez en 3 ou en 4 et vous sortez de n'importe quelle courbe, voire de n'importe quelle épingle assez ouverte rien que sur l'élan moteur et un filet de gaz. Le twin est d'une souplesse probante".

Enfin, le journaliste a noté la sobriété du bicylindre ( "L'instrumentation de bord nous annonçait 3,5 l/100 après notre journée de roulage, soit plus de 450 km envisageables… même en y allant fort". ). Mais cela, je l'avais déjà constaté et j'avais été impressionné lors de mon essai, puisque j'avais, sur 800 kilomètres de routes montagneuses, consommé respectivement 3,32 litres aux 100, puis 3,17 litres aux 100 et enfin 3,12 litres aux 100!