Sortie de mon premier roman : L’araignée et les volets de bois

Honda Africa Twin, la porteuse de rêves. - L'essai longue durée de Moto Revue

 

 

 

 

Dans son numéro de janvier 2019, Moto Revue publie un essai longue durée de La Honda Africa Twin. Il m'a laissé un peu sur ma faim. En effet, j'ai eu le sentiment que le journaliste parlait du modèle 2016 car, à aucun moment, il n'a parlé des sous-modes S1, S2 et S3. Voilà ce qu'il écrit: "je trouve qu'il manque un mode intermédiaire entre le D très scooter et un S qui tient parfois le moteur haut dans les tours" . Or, depuis l'an dernier, Honda a justement amélioré cette boîte DCT avec ses sous-modes dont j'ai pu constater la pertinence. En outre, l'essayeur se plaint des manœuvres au départ ou à basse vitesse, quand le DCT embraye; là-aussi, j'ai pu constater que le modèle 2018 avait bien adouci cette phase. Enfin, il ne mentionne pas le petit coup de gaz automatique au rétrogradage très sympa au demeurant.  Pourtant, il parle du nouveau tableau de bord, des pneus Bridgestone livrés sur la machine d'essai en remplacement des médiocres Dunlop de première monte. Bref, il y a quelque chose qui m'échappe....

Sinon, comme je m'y attendais, le bilan est plus que positif: "un twin qui sait tout faire, qui répond toujours présent, sans esbroufe certes mais un twin facile, honnête et communicatif"."Je n'ai pas été frustré par un manque de puissance, y compris à deux, moto chargée."Chant des plus charmeurs en sortie d'échappement". "Contrôle presque total des vibrations". "Suspensions Showa traditionnelles mais impeccablement calibrées" "Moto accueillante qui autorise une position très naturelle".

Au chapitre des rares défauts il y a ce commodo gauche avec un klaxon et un appel de phare au maniement peu naturel (entièrement d'accord, je ne comprends toujours pas pourquoi Honda a subitement revu les positions de certaines commandes comme les clignotants et le klaxon alors qu'elles étaient devenues la norme chez l'ensemble des constructeurs). Le nouveau tableau de bord n'a pas convaincu. Les manœuvres à l'arrêt doivent être réalisées avec précaution compte tenu du poids.

La conclusion de l'essai: "l'Africa Twin fait à sa manière l'éloge d'une certaine simplicité. Une simplicité efficace, cohérente, dans le bon ton et avec les justes arguments. Ne lui manque peut-être qu'un brin de caractère pour pouvoir accroître son potentiel fantaisie" .

Justement, à ce propos, il semble que Honda prépare une nouvelle version de l'Africa Twin (pour 2020 à priori). On peut penser qu'elle va gagner en puissance, en cylindrée. Je souhaite vivement qu'elle ne s'éloigne pas trop ce qui fait son charme, ce parfait équilibre qu'elle a su trouver. Attention à ne pas rentrer dans une course à l'armement que certains constructeurs ont entamé depuis quelques années et qui aboutit à des motos de plus en plus perfectionnées (mais avec souvent de la technologie pour de la technologie) et de plus en plus chères. A moins que l'objectif du premier constructeur mondial soit de laisser la place à .... une future Transalp (on peut rêver!).