Honda Africa Twin, la porteuse de rêves. - 1993: le parfait équilibre

 

 

Le 3 septembre 1992, Moto Journal présenta une photo de la future Africa Twin. Il annonça une moto avec un nouveau cadre, générant une hauteur de selle en diminution, un moteur retravaillé pour plus de couple et un peu plus de puissance, une meilleure protection.

Bref, elle poursuivait son évolution vers une orientation plus routière, laissant peu à peu de côté l’aspect Paris-Dakar qui avait fait sa réputation lors de son arrivée sur le marché.

 

MJ 3 septembre 1992

 

MJ 3 septembre 1992

 

 

 

 

 

D’ailleurs, le 26 novembre 1992, la couverture de mon hebdo titrait : « Honda 750 Africa Twin : super Transalp ». Et la facilité d’accès et de conduite, dont la Transalp s’était fait le chantre, était mise en avant dès les premières lignes de cette prise de contact.

 

 

 

MJ 26 novembre 1992

 

MJ 26 novembre 1992

 

MJ 26 novembre 1992

 

MJ 26 novembre 1992

 

 

MJ 26 novembre 1992

 

 

Hauteur de selle enfin raisonnable, maniabilité accrue, avec le demi-tour devenu une formalité. Christian Lacombe était même dithyrambique en écrivant que cette moto réunissait trois qualités : l’agilité, la précision de direction et la stabilité sur l’angle. Conduite apaisée ou sportive, la moto répondait présent. Le nouveau cadre, avec une répartition des masses plus équilibrée, moins de poids (8 kilos au total), avait permis cette amélioration nette des qualités routières de la moto. L’équipement pneumatique jouait aussi son rôle, avec des Michelin à carcasse radiale.

 

En lisant ces quelques lignes, j’avais le sentiment d’une moto aboutie. Le déplacement du filtre à air au-dessus du moteur, à l’avant du réservoir, comme sur ma 750 XLV, en était une des preuves.   

 

Elle me faisait envie, très envie, cette moto. J'avais le sentiment profond qu'elle était arrivé à un stade de maturité totale, mais son prix de 50 490 francs, soit 7697 euros la mettait hors de portée de ma bourse. D’ailleurs,c’est sa petite soeur, une Transalp d’occasion de 1988 qui s’invitera dans mon garage quatre mois plus tard. L’Africa Twin restera dans le domaine du rêve.

  

Le 21 janvier 1993, Micou Montange, l’adepte des trails à Moto Journal, faisait l’essai de la nouvelle Africa Twin. Le titre « Une grande routière » confirmait les premières conclusions de la prise de contact. « En s’éloignant un peu plus de ses premières influences « dakarisantes », l’Africa Twin a gagné en facilité d’utilisation et porté ses qualités routières à un niveau impressionnant ». je dois reconnaitre qu’il m’avait mis l’eau à la bouche, cet essai, tant je sentais que cette moto était arrivée à maturité, avec une homogénéité totale.

Une comparaison était effectuée avec la Transalp. Philippe Barret était justement possesseur d’une telle machine et, après avoir annoncé que l’ancienne Africa Twin lui avait fait un peu peur, il revenait conquis par cette nouvelle version, aussi facile, sinon plus que la Transalp, avec des qualités routières exceptionnelles. Un freinage plus efficace que celui de la Transalp, une direction très précise, et une machine d’une rare homogénéité au total.

 Seul bémol pour moi : près de 11 000 francs de plus à débourser et une consommation moyenne supérieure de 1,2 litres aux 100.

 

 

MJ 21 janvier 1993

 

MJ 21 janvier 1993

 

MJ 21 janvier 1993

 

MJ 21 janvier 1993

 

 MJ 21 janvier 1993

 

MJ 21 janvier 1993

 

MJ 21 janvier 1993

 

MJ 21 janvier 1993