Sortie de mon premier roman : L’araignée et les volets de bois

Honda Africa Twin, la porteuse de rêves. - Premiers essais de la Honda Africa Twin Adventure Sports

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

11 Février 2018. Moto Journal publie sur son site le premier essai de la nouvelle Honda Africa Twin. La présentation à la presse du modèle Adventure Sports a été réalisée dans le région de Grenade.

Que retenir des impressions du journaliste?

"Le cadre peint en blanc et l’agencement des couleurs sur les carénages renvoient directement à l’Africa Adventure Sports de 1988 et c’est une franche réussite.

Le large guidon, encore rehaussé, vient vous tomber dans les mains et vous permet de conserver une position de conduite droite et relax, les jambes peu pliées. Les cale-pieds ont gagné en largeur, une bonne chose, tandis que le réservoir bien plus large ne gêne absolument pas l’entre-jambe.

Face au conducteur, le nouveau tableau de bord offre une ergonomie repensée, et s’avère finalement moins lisible qu’auparavant.

Bloc à la fois rond et disponible et pour lequel la meilleure plage d’utilisation reste entre 2500 et 4500 tr/min. Autant dire des régimes très usuels.

Pas de coup de pied au derrière, mais une élasticité très appréciable et une sonorité retravaillée à l’échappement qui s’avère des plus sympas !

La connexion poignée/roue est parfaite, et les phases de démarrage sont plus progressives qu’avant, notamment grâce à une gestion de la boîte DCT encore affinée.

La boîte mécanique à 6 rapports reste, pour sa part, un modèle de douceur et de précision.

Equilibre, c’est peut-être le mot qui qualifie le mieux l’Africa Twin.

Le surpoids de la version Adventure Sports par rapport à la version standard, de l’ordre de 6 kg, n’entrave en rien le comportement et l’inertie est identique entre les deux versions.

Freinage efficace et facile à doser.

L’Africa Twin Adventure Sports fait un bon dans la dotation de série".

 

 

Et, en conclusion:

"Pour se hisser à bord de la superbe japonaise, il faudra tout de même débourser une somme conséquente, et être capable de lever la jambe haut ! Mais une fois à bord, elle donne encore plus envie de rouler qu’avant…".

 

Bref, cette version est bigrement séduisante. Ce que j'en retiens pour le moment, c'est qu'elle est superbe .... et que je vais de voir manger beaucoup de soupe avant de l'essayer! J'attends de pouvoir m'installer dessus pour me faire mon opinion. En effet, ce qui m'avait frappé sur cette moto, c'était cette grande finesse qui atténuait fortement la hauteur de selle; comparativement, je me suis senti beaucoup plus gêné sur le X-ADV avec les jambes plus écartées.

 

 

 

 

 

  

 

 

 

  

  

 

 

 Après Moto Journal, c'est le site Le Repaire des Motards qui présente son essai. Là aussi,  il est reproché une hauteur de selle importante et un tableau de bord peu lisible. La musique qui sort du pot d'échappement a fait de l'effet au journaliste. Les nouveaux réglages mis en avant par Honda semblent donc réels. "Et quand on ferme les yeux et qu’on entend une Africa Twin Adventure Sports arriver au loin, ou faire ronfler son bicylindre, on pourrait presque penser à… osons le mot, une Ducati !" .

Essai globalement positif, ce qui n'a rien d'étonnant.

 

En ville: "Bon rayon de braquage, bel équilibre, commandes douces, moteur souple (on cruise sur les boulevards à 50 km/h à un peu plus de 2000 tr/mn en quatrième), tout va bien".

Sur autoroute: " A 130 km/h sur le dernier rapport, on se trouve à peine à 4500 tr/mn. Ca laisse de la marge. Par rapport à l’Africa Twin standard, la version Adventure Sports fait mieux dans tous les domaines. Confort, protection, autonomie, elle est plus que jamais apte à vous emmener loin, en confort, en sécurité, en facilité".

Sur route départementale: "Malgré un poids en hausse de 6 kilos par rapport à la version standard, malgré une selle plus haute, malgré un gabarit plus conséquent, l’Africa Twin ne renie pas son ADN qui consiste en une homogénéité difficile à prendre en défaut. Coupleuse, agile, facile, elle se joue des départementales, que ce soit en mode balade ou en roulage plus enlevé". 

 En tout-terrain: " La qualité de l’amortissement est une fois de plus mise en exergue dans cet exercice. Les débattements de suspensions, qui ont gagné 20 mm à l’avant comme à l’arrière, permettent de s’amuser sans aller taper du sabot moteur à tire-larigot. Répétons-le : ça amortit vraiment bien !"

 

L'essayeur a été séduit par la machine. Sa conclusion en est la preuve: "On aimait l’Africa Twin pour son retour aux sources et son apparente simplicité. L’Adventure Sports étant une Africa Twin plus haute, plus lourde, plus techno, le charme est-il rompu ? Pas du tout, car l’ADN est inchangé : l’homogénéité et l’équilibre de cette machine sont toujours aussi saisissants, le poids se fait globalement oublier une fois en action".

Cet essai a fini de me mettre l'eau à la bouche. Cette version est encore plus aboutie que le modèle de base qui m'avait pourtant tant séduit. Honda a eu l'intelligence de ne pas trop s'en éloigner afin de conserver intactes les qualités de ce très beau trail.

 

 

 

 

 

 Au tour de Moto Services de publier son article. 

Le confort est meilleur que sur le modèle de base: protection de la bulle, meilleure position avec une guidon relevé et reculé, augmentation des débattements de suspensions.

 

L'essayeur a eu peu de mal dans les manoeuvres au ralenti en ville à cause de la hauteur de selle conséquente. Il a été enthousiasmé par la boîte DCT ("on évolue dans une décontraction totale dès 3 km/h" ).

"Impeccable tenue de route, moteur à la sonorité envoûtante, .... mais l’échappement est tout de même très sonore. Avec une telle qualité d’amortissement, un amateur éclairé pourrait sans problème s’amuser sur un terrain de cross. Bonheur de ne pas avoir à se soucier d’un sélecteur de vitesses pas toujours simple à trouver avec des bottes de TT et d’une glisse au gaz maîtrisée par un traction control qui laisse partir l’arrière au maximum avant de rattraper la moto pour éviter le drame". 

"Voilà ce que l'on appelle une moto bien née".  Telle est la conclusion de l'essayeur. Le prix est bien sûr à la hauteur mais je trouve que l'augmentation par rapport au modèle de base est raisonnable: 14999 euros en boîte mécanique, 15999 euros avec la boîte DCT.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Caradisiac Moto donne aussi son avis. La note finale attribuée (17,3) met dans l’ambiance, surtout si on la compare avec celle donnée à une de ses proches rivales, la Triumph Tiger 800 essayée il y a quelques jours sur ce site (14,2).

La plus grosse critique se situe au niveau de la hauteur de selle, une fois de plus, avec heureusement  "un équilibre remarquable"  qui compense (un peu) ce défaut qui sera rédhibitoire pour les non-grands.

Là aussi, le nouvel échappement étonne favorablement.  "Offre une sonorité incroyable, révolutionnant littéralement le modèle. D’assez discrète, la voici devenue très expressive. De quoi lui apporter un regain de personnalité et des vocalises affriolantes ".

"Même si la puissance n’a pas changé, même si le couple est identique, nous n’avons plus affaire à la même moto ".

La question que je me pose: est ce qu’il s’agit juste de sensations provoquées par cette nouvelle sonorité ou la moto a-t-elle gagné en performances avec un couple plus présent ? L’essayeur insiste sur la "6ième d’une souplesse exemplaire", une qualité importante pour moi.

La boîte DCT l’a enchanté. Je le trouve même dithyrambique. "La boîte scrute votre comportements et s’adapte à votre conduite en quelques dizaines de kilomètres. Vous rétrogradez avant un virage ? Elle le fera à votre place. Vous passez rapidement les rapports une fois redressé ? Elle le comprendra. Vous aimez rouler dans les tours? Le mode S est fait pour vous... Sur le mode D (comme Drive -Conduite- ou plutôt Doux à notre sens), le passage des vitesses se fait sans même le ressentir. Une prouesse offrant un confort de conduite unique : on vise, on tourne, on va. Mieux encore, pour sentir davantage le passage des vitesses et apporter un supplément de peps, il est possible d’activer le bouton « G ». On réduit alors le temps de friction des disques, correspondant à un lâcher de levier plus rapide… Quand on vous dit qu’elle est Madame Plus, cette Adventure Sport ! En mode Sport, surtout le plus nerveux (3), les sensations sont d’ailleurs au rendez-vous. Le coup de gaz automatique au rétrogradage devient tout simplement jouissif. Broap. On joue de la touche « - » rien que pour l’entendre et retrouver plus d'énergie, le frein moteur, bref alléger la trajectoire et savourer l’instant".

Ce n’est pas moi qui vais le contredire tant cette boîte m’enthousiasme à chaque fois que j’ai l’occasion d’essayer une Honda qui en est munie.

 

 

 

Un autre point de vue nous vient de Moto Station, également présent en Andalousie lors de la présentation de cette nouvelle Honda. La hauteur de selle est une fois de plus montrée du doigt. Il est rassurant de lire que "Si le réservoir plus large de l’Africa Twin Adventure Sports lui confère un gabarit plus imposant que la version standard (+ 6 kg également), la moto n’en reste pas moins un exemple d’équilibre général et ce malgré un plein à ras bord. On va donc guider le trail Honda avec facilité, un simple coup de guidon permettant de changer d’appui sans forcer le geste". La moto n'a rien perdu de ses qualités à ce niveau-là; elle a gardé cette facilité que j'avais ressentie lors de mon essai.

La qualité des suspensions est mise en avant.

"Le moteur de la Honda Africa Twin reste un exemple de rondeur". Cette phrase résume très bien ce que j'éprouve à son guidon. Je suis heureux de voir que Honda n'a pas cédé à cette tendance aberrante de proposer des trails de plus en plus puissants. Je suis persuadé que les "seulement" 95 chevaux de l'Africa Twin ne seront dans la très grande majorité des cas jamais exploités par les propriétaires de cette moto. Par contre, "être à l’aise pour « cruiser » à bas régime, offrir du répondant à mi-régime et monter très honorablement dans les tours" , cela ressemble à un parfait équilibre mécanique idéal pour rouler sereinement au quotidien. Il est malgré tout noté un peu plus de "punch" sur un coup de gaz et une sonorité "plus rauque" .

Le nouvel accélérateur ride by wire donne toute satisfaction, la lisibilité du tableau de bord un peu moins....

Le journaliste a apprécié l'efficacité de la boîte DCT et son grand confort d'utilisation mais on sent qu'il aime aussi beaucoup la boîte mécanique plus dynamique, génératrice de plus de sensations, surtout en utilisation tout-terrain.

La conclusion: "Plus imposante, plus lourde, moins « basique » avec son électronique supplémentaire… Honda aurait-il perdu le cap avec cette déclinaison 2018 de son Africa Twin ? Eh bien… non ! L’Adventure Sports est une réussite ! Son homogénéité fait mouche : toujours à l’aise sur route, le roi des gros trails japonais élève son niveau en tout terrain. La version standard avait déjà convaincu dans ce domaine, on a la sensation de pouvoir en faire encore plus avec la nouvelle Adventure Sports. Sans forcément parler de off road, avaler des kilomètres de routes à son guidon ne sera pas une corvée, grâce à une ergonomie générale plus reposante pour le pilote, buste naturellement droit et jambes « dépliées »".

Cela montre que cette Adventure Sports ne vend pas que du rêve, elle a gagné en efficacité et en confort. Les plus de 1,80 m doivent être aux anges! Pour les autres, comme l'écrit le journaliste, "opter pour la selle basse optionnelle, promise on s’en doute, à un franc succès" sera la solution. 

Quant au prix, les 1450 euros supplémentaires par rapport au modèle standard paraissent raisonnables pour le journaliste. Il est vrai que, pour ce surcoût, la moto offre des meilleures suspensions, une bulle haute, un gros réservoir, des protections latérales, un sabot moteur plus enveloppant, des poignées chauffantes. Et, cerise sur la gâteau, un coloris superbe! Cela me semble parfaitement justifier les 14999 euros (13549 euros pour le modèle standard) ou 15999 euros avec la boîte DCT.