Sortie de mon premier roman : L’araignée et les volets de bois

Honda Africa Twin, la porteuse de rêves. - Premiers essais de la Honda Africa Twin 2018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après l'Adventure Sports, c'est au tour du modèle "de base" de se soumettre aux critiques de la presse dans la région de Grenade.

Le Repaire des Motards a essayé la moto avec un nouveau coloris, noir mat avec liserés "sable", très sobre. Comme sa (haute!) sœur, la moto abandonne la commande de l'accélérateur par câble au profit (?) d'un ride by wire. Cela offre de nouvelles possibilités pour paramétrer des modes de conduite (route, tout terrain, ville, + un mode personnalisé). Je dois avouer que je suis un peu dubitatif devant cette tendance générale des constructeurs à proposer de plus en plus de possibilités de réglage. Sur le papier, cela parait très bien mais qu'en sera-t-il dans la réalité? Pour ma part, si la moto me convient, je ne me vois pas changer constamment de réglages en fonction des conditions de route. Si le temps se met à la pluie, je deviens plus vigilant, j'accélère avec plus de douceur, je rallonge mes distances de freinage et je mets moins d'angle dans les virages. C'est moi qui décide de la conduite à tenir en fonction de mon ressenti. Je n'ai pas envie de m'en remettre à une électronique embarquée qui décide à ma place de diminuer la puissance de la moto; j'aime rester maître de la situation. En écrivant ça, je réalise que je fais partie de l'ancienne génération et que, sûrement, beaucoup de motards sont demandeurs de ces assistances. Le monde évolue inexorablement.... Malgré tout, je pense aussi à mes voyages lointains et à la facilité de changer un câble de gaz, même si j'ai eu la chance de en jamais en casser un. Je n'ose imaginer ce qui se passerait avec un ride by wire soudain inopérant.

La version 2018 hérite d'une batterie plus légère ( de 2,3 kg, ce n'est pas rien) et de repose-pieds plus larges.

Nouveau pot d'échappement, balanciers d'équilibrage allégés, conduits de la boîte à air rallongés. Au final, cela donne un caractère moteur plus affirmé avec une "présence sonore" qui "renforce sa personnalité" dixit l'essayeur. A vérifier par moi-même.  

Cette Honda plait toujours : "On retrouve donc une machine agile, extrêmement bien équilibrée et facile de prise en mains. Elle braque bien en ville, allonge la foulée sur autoroute et se révèle très agile sur petite route : une belle polyvalence qui ravira les amateurs de trail un peu à l’ancienne, dans la mesure où c’est moins rigoureux que les avions de chasse de 1200 et 1300 qui squattent le haut de la catégorie, qu’il y a des transferts de masse un peu plus marqués. Et alors ? L’Africa Twin est saine, tient super bien la route et est suffisamment calibrée pour aller taquiner de la sportive sur petite route, que ce soit avec la réactivité du système DCT (efficace en mode Sport 3 quand ça arsouille) ou, avec le shifter optionnel de la boîte manuelle". 

 Je note l'expression "amateurs de trail un peu à l'ancienne" car c'est ce qui m'avait tant séduit sur l'Africa Twin que j'avais essayée il y a deux ans, un toucher de route incomparable avec un train avant qui semble effacer les inégalités de la route. Cela provoque chez moi un sentiment de sécurité et de sérénité qui fait plus que compenser cette (relative) inertie que l'on peut ressentir dans les mises sur l'angle. J'adore ce comportement, j'y adhère complètement!    

Même si elle fait moins rêver que l'Adventure Sports, il est évident pour moi qu'elle est beaucoup plus homogène (moins de poids, hauteur de selle raisonnable). Vivement que je me porte acquéreur de cette magnifique moto (c'est prévu pour la fin de l'année et je vais prendre l'option câble de gaz!).

 

 

 

 

 

Moto Net propose à son tour un essai très complet qui englobe les deux modèles. C'est assez logique car les deux modèles sont sensiblement proches. Le début de l'article insiste sur des petits détails qui montrent que Honda tient à chouchouter cette moto ô combien importante dans la gamme du constructeur. Ainsi, on apprend que "les platines de repose-pieds passager sont fixées au cadre par le dessous et non plus sur le côté, afin d'améliorer le confort du pilote en station debout", mais aussi que " le bocal de liquide de frein arrière migre un peu plus haut sur le cadre afin d'être moins exposé aux chocs".

Pour la sécurité, dorénavant, en cas de forte décélération, les clignotants se mettent à clignoter.

Comparé à l'ancienne version, le millésime 2018 propose sept réglages d'anti-patinage au lieu de trois. Cela me semble beaucoup et il ne va pas être évident de faire son choix. Plus intéressant, "le nouveau réglage 1 (sur 7) est plus permissif que ne l'était l'ancien 1 (sur 3)", et à l'inverse, le 7 est plus castrateur que le 3". Le pilote peut intervenir à tout moment sur une gâchette pour modifier le réglage. Personnellement, j'ai du mal à m'imaginer "jouer" avec ces commandes pour changer le comportement de l'anti-patinage en fonction de mes envies et de l'état de la route mais il est vrai que je fais partie de l'ancienne génération.... 

Une fois de plus ,le nouveau tableau de bord que je trouve plutôt réussi esthétiquement ne fait pas l'unanimité en ce qui concerne sa lisibilité qui varie en fonction de la luminosité ambiante.

Outre le son du nouveau d'échappement loué par le journaliste, ce dernier aborde aussi le chapitre pneus. Les nouveaux Dunlop ont été améliorés pour une meilleure efficacité sous la pluie. Lors de mon essai, je me souviens effectivement avoir été surpris par deux décrochements de l'arrière sur la route mouillée du bois de Bager mais je n'avais pas pu déterminer s'il fallait les mettre sur le compte des pneus ou de l'adhérence précaire du goudron à cet endroit. Les avis ultérieurs des utilisateurs avaient confirmé la faiblesse de ces pneus.

 

En ce qui concerne l'Adventure Sports, en dehors de la hauteur de selle ( dommage pour les pas trop grands comme moi!), les suspensions ont subi leur lot de changements. Plus de débattements (+ 22 mm à l'avant, +20 mm à l'arrière), ce qui entraîne une belle garde au sol de 270 mm ( avec de plus un sabot plus protecteur). Moto Net souligne l'excellence de ces suspensions. "Le nouveau (top) modèle de la gamme Honda au rayon TT - pour "Tout Terrain" ou "Tout Trottoir", comme vous le sentez ! - offre un remarquable confort, que même les motos routières les plus cossues auront du mal à égaler. Que l'on passe par inadvertance dans un profond nid de poule, que l'on emprunte une ruelle de pavés ou que l'on se fasse surprendre par la brutalité d'un ralentisseur, l'Africa Twin Adventure Sports absorbe sans broncher et ne restitue que de légers tressautements aux mains, pieds et fesses du pilote. Idem en franchissant des ornières en off-road "!

La moto concilie la maniabilité à faible allure et la stabilité et modifier la trajectoire  "ne demande qu'un petit coup de - grand - guidon".

Au freinage, la plongée de la fourche est importante en cas de conduite sportive mais l'essayeur note que "la moto ne se fige pas sur ses appuis et accepte volontiers de resserrer sa trajectoire dans un virage vicieux, ou de l'élargir pour contourner une pierre".

Le frein arrière "aussi incisif que précis" et "sa puissance apporte un réel plus en termes de distance de freinage". J'avais moi-aussi beaucoup aimé ce frein arrière comparativement à certaines motos où je le trouve étonnamment absent alors que c'est un élément essentiel pour équilibrer le freinage.

L'essayeur a aussi testé l'ABS et a constaté qu'il régissait très bien: "la pression dans le circuit n'est que très brièvement lâchée, puis très efficacement restaurée." 

Je suis très heureux de voir que la boîte DCT est de plus en plus plébiscitée par les journalistes qui étaient très frileux lors de sa sortie sur la VFR 1200. Il faut dire qu'elle n'a pas arrêté de s'améliorer, j'ai pu m'en rendre compte. Pour Moto Net,  "cette exclusivité Honda est de plus en plus bluffante". Ce n'est pas moi qui vais le contredire! Tout en louant le DCT, l'essayeur a trouvé que le quickshifter pouvant être installé sur les modèles à boîte mécanique fonctionne très bien. "les montées de rapports sont douces et rapides, même dans les bas régimes à conditions de ne pas ouvrir les gaz en grand, et les descentes sont simples et transparentes".

 

 

On peut dire que le journaliste est reparti séduit par cette Africa Twin version 2018. J'ai été pour ma part séduit par l'essai de Moto Net, le plus complet que j'ai pu lire. Moto Net a pris son temps pour le publier mais cela valait le coup d'attendre.

PS: Monsieur Honda, à ce prix, vous n'auriez pas pu l'installer d'origine, la béquille centrale?