Honda Africa Twin, la porteuse de rêves. - Essai comparatif dans Moto Magazine d'avril 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 J’attendais avec impatience l’essai de l’Africa Twin dans la revue Moto Magazine. Je trouve que ses essais sont ceux qui se rapprochent le plus de l’utilisation quotidienne des motos par leurs propriétaires.

Et je n’ai pas été déçu.  

2000 kilomètres parcourus et un comparatif avec celles qui me paraissent être les véritables concurrentes. Exit donc la BMW 1200 GS, place aux trails polyvalents. Il y a notamment la BMW 800 GS (enfin !), celle qui, d’après moi, avait justement pris la place laissée vacante après le départ de l’Africa Twin ancienne génération. Il n’y a qu’à voir le nombre de récits de voyage au long cours dans lesquels cette BMW est présente pour s’en rendre compte. On y trouve également la Triumph Tiger 800, dans sa version jante avant de 21 pouces, roues à rayons et grands débattements de suspensions (il va falloir que je me décide à l’essayer, cette moto) et enfin la KTM 1050 Adventure que j’avais appréciée lors d’une très brève rencontre, insuffisante malgré tout pour avoir une idée précise des défauts et qualités de la moto.

Le bilan est élogieux. Il suffit de lire le résumé: « Aussi à l’aise dans les chemins que sur la route, l’Africa Twin renoue avec le véritable esprit trail Honda des années 80. Une machine simple (ici sans boîte DCT) et facile, avec une tenue de route et un freinage modernes. La vraie moto « bonne à tout faire » aujourd’hui, c’est elle ».

Un détail a retenu mon attention et il est révélateur du changement qui est en train de s’opérer dans la maison Honda ; c’est l’Africa Twin qui obtient la meilleure note en terme de sonorité ! Avec, en outre, "la vigueur des accélérations conjuguée à la souplesse de la réponse des gaz fait l'unanimité" qui montre que Honda a fait fort au niveau mécanique, d'autant que "l'embrayage et la boîte se sont montrés d'une douceur rare".

Le journaliste François Barrois semble avoir été autant séduit que je le fus lors de mes mille kilomètres parcourus au guidon des deux modèles (DCT et boîte mécanique).

Cet essai ne fait que me conforter dans l’idée que le constructeur japonais serait inspiré de proposer rapidement une Transalp dans la lignée de cette Africa Twin. Moins puissante, moins sophistiquée, mais avec la même polyvalence et un prix sous les 10 000 euros pour répondre à ceux qui n’ont pas le budget pour investir dans cette belle Africa Twin, mais qui souhaiteraient acquérir une moto avec le même sens de la polyvalence…. une Transalp moderne, tout simplement !