Honda Africa Twin, la porteuse de rêves. - L'essai de Moto Net

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après Moto Station, place à l'essai de Moto Net

J'ai de quoi lire en ce moment!

 

 

Au début de l'essai, la contenance du réservoir (18,8 litres) parait un peu juste aux yeux du journaliste de Moto Net mais la consommation de 5,07 litres relevée au cours de cet essai mené à un bon rythme sur le parcours routier montre que ce moteur pourrait se révéler frugal.

Garde au sol de 250 mm.

La finesse d’ensemble de la moto est là aussi soulignée, ainsi que la superbe finition.

L’absence de béquille centrale est amèrement relevée.

Ergonomie excellente.

La selle, malgré son apparence, s'avère confortable.

A la conduite, la finesse de la moto au niveau du réservoir était telle que l'essayeur avait l'impression de piloter une moto de cylindrée inférieure. Une telle caractéristique permet de compenser la hauteur de selle importante pour qu'un pilote de 1,75 m "pose une botte à plat d'un côté et une pointe de l'autre". Mais c'est tout bon pour moi, ça!

Seules les manoeuvres à l'arrêt n'arrivent pas à cacher les kilos.

L'excellent rayon de braquage et la précision de la poignée de gaz permettent des évolutions au pas en toute sérénité.

La douceur générale et la précision des commandes atteignent un très haut niveau.

Comme Moto Station, Moto Net met en avant une stabilité sans faille de la moto, avec des suspensions de grande qualité qui jouent un grand rôle dans ces performances.

Malgré les grands débattements, l'amortissement est parfaitement maîtrisé et les obstacles routiers sont effacés.

La bulle, bien que non réglable, offre une bonne protection. C'est un détail de plus qui montre que cette moto a été étudiée avec le plus grand soin pour offrir une homogénéité totale.

220 km/h à 8000 tours/minute, pour l'anecdote!

Moteur très plaisant à entendre et offrant du coffre, une nouveauté chez Honda!

Très souple avec une courbe de couple régulière et bien remplie. Mais le journaliste note que ce n'est qu'à partir de 4000 tours/minute que la poussée se fait vigoureuse. Et elle s'amplifie de 6 à 8000 tours/minute, offrant un beau caractère. C'est à ces hauts régimes que de "très légers frémissements sont ressentis".

En tout-terrain, le journaliste déconnecta entièrement l'anti-patinage tant la poignée de gaz permettait un contrôle total de la puissance.

L'efficacité de l'ABS non débrayable sur l'avant est redoutable.

La faculté de bouger facilement sur la moto facilité grandement le pilotage sur piste.

La deuxième partie beaucoup plus technique de l'essai sur piste a mis en avant les limites d'une telle moto dont le poids est malgré tout assez élevé.

Les sauts et passages musclés dans des creux ne permettront pas de mettre en butée les suspensions, ce qui démontre leurs qualités indéniables.

L'essai de la moto avec la boîte DCT a montré que cette transmission a encore progressé en réactivité et en fluidité. Décidément, elle semble n'avoir aucune limite et offre à chaque nouvelle génération des améliorations substantielles.

Peut-être la future génération offrira une capteur d'angle latéral pour éviter certains rétrogradages non désirés par l'essayeur dans certaines courbes abordées à bas régime.

En outre, les 10 kilos supplémentaires se ressentent.

Dernier reproche, le fait de ne pouvoir dans certaines occasions faire patiner l'embrayage.

 

Au final, c'est la facilité de conduite qui est mise en avant, surtout en tout-terrain. Le moteur et ses 95 chevaux est plébiscité, preuve s'il en était encore besoin que cette course à la puissance que se livrent les constructeurs est ridicule, car inutilisable au quotidien. Je suis heureux de le voir enfin écrit! 

Il est reproché le poids un peu élevé.

A la fin de l'essai, Moto Net fait un point technique sur la moto. Allez-y, c'est complet et détaillé. La présence d'un câble d'accélérateur, à la place d'un ride-by-wire, participe à cette (relative) simplicité voulue par Honda au même titre que le cadre en acier.

 

En tout cas, le constructeur frôle le sans faute.

Bravo!