Honda Africa Twin, la porteuse de rêves. - Premières impressions

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jonathan Bentman, dont je découvre le nom, fait partie des privilégiés qui ont pris le guidon de la nouvelle Africa Twin. Il  a publié un article suite à ses quelques tours de roues au guidon de la moto sur laquelle Touratech a installé ses équipements, produit un petit film promotionnel et présenté le modèle ainsi équipé au Salon EICMA.

Son article est accessible ici.

Ce que j’en retiens, c’est qu’il a apprécié la toute dernière née de chez Honda. Et aussi qu’il n’est pas du genre patient puisqu’il commence l’article ainsi (traduction approximative !) :

« J’aurais peut-être dû entamer les premiers kilomètres tranquillement, mais aux premiers signes de gravier, j’ai déconnecté le contrôle de traction et j’ai mis plein gaz. C’est la façon la plus rapide de comprendre le caractère de cette nouvelle moto. Et elle est sportive….. sérieusement  sportive ».

 

Quant à la boîte DCT, même s’il reconnait avoir une préférence pour la moto avec la boîte manuelle et ses kilos en moins, il indique que c’est une option digne d’intérêt.

Il insiste sur le caractère de ce moteur et le fait que  plus il roulait, plus il l’appréciait.

Je ne suis pas assez bon en anglais pour comprendre dans le détail l’ensemble de l’article, mais il y a beaucoup de positif là-dedans.

Il n'y  a qu'à lire la conclusion: " Elle est sacrément belle, a de sacrées capacités, est sacrément Honda..... Je sais ce que j'achèterais".

 

Le patron de Touratech USA était également présent lors de cet essai dans la forêt noire en Allemagne. Et lui aussi a semblé séduit par cette moto. Ses roues (21 et 18 pouces) permettant une conduite en tout-terrain, le fait de pouvoir modifier ou déconnecter le contrôle de traction à tout moment, tout en roulant, sa beauté, le bel agencement de tous les composants qui a contribué à présenter une moto fine et confortable aussi bien en position assise que debout; il insiste lui aussi sur le caractère du moteur, que ce soit accoustiquement parlant ou au niveau de ses performances. Il va jusqu'à dire que si on la pilotait les yeux fermés, on pourrait se croire sur une KTM! Un trait de caractère plutôt nouveau chez le premier constructeur mondial.

Plus l’échéance approche, et plus je la sens réussie cette moto, très réussie !