Sortie de mon premier roman : L’araignée et les volets de bois

Honda Africa Twin, la porteuse de rêves. - L'annonciatrice

 

Fidèle à la marque Honda, je dévorai avec délectation le Moto Journal du 26 septembre 1985 dans lequel était annoncé un prototype pour le prochain Paris-Dakar. Un V-twin refroidi par eau, comme ma moto de l’époque, ma Honda VTE 500 qui rentrait tout juste d’un voyage en Algérie. 820 cm3, 80 chevaux et 170 kilos à sec annoncés. Il s’agissait pour le premier constructeur mondial de réagir aux victoires de BMW dans cette course. La marque allemande avait montré qu’un bicylindre, malgré son poids plus élevé, était supérieur au monocylindre désormais dépassé.

 

 

Le résultat fut à la hauteur des espérances avec Cyril Neveu vainqueur suivi de Gilles Lalay. Cette toute nouvelle moto, à la mécanique en apparence complexe, avait montré une grande fiabilité.

 

 

La machine à gagner était lancée et le modèle de l’année suivante ne fut qu’une amélioration du modèle existant. Là encore, la victoire était au bout au terme d’un mano à mano avec Hubert Auriol jusqu’à ce que ce dernier se casse les deux pieds dans une étape qui restera gravé dans ma mémoire. L’arrivée de ce dernier en direct à la télé, la mine renfrognée de Neveu qui pense alors qu’il a course perdue, puis Hubert Auriol, pleurant sous son casque, annonçant qu’il s’est blessé, Cyril au bord des larmes qui voit son principal adversaire partir sur un brancard. Quelle émotion !