Sortie de mon premier roman : L’araignée et les volets de bois

Huitième partie: Honda CB 500 X, ma petite Africa Twin - L'arrivée du pignon de 16 dents

 

 

 

 

Après 8500 kilomètres au guidon de ma Honda CB 500 X, je commence à bien la connaitre. J’apprécie ses nombreuses qualités et j’accepte ses quelques défauts. Cela faisait malgré tout quelques semaines que je me « heurtais » à son caractère un peu rugueux. C’était surtout dans des conditions citadines, à de faibles vitesses, sur les premiers rapports que cette caractéristique me gênait le plus. Vingt-cinq ans en compagnie de Transalp 600 et de leur légendaire douceur m’avaient habitué à un peu plus de prévenance à mon égard.

L’idée a donc germé dans mon esprit que le rallongement de la démultiplication pouvait apporter une solution à mon petit problème. J’ai donc commandé un pignon de sortie de boîte de 16 dents (15 dents sur le pignon d’origine).

Vendredi 9 août. Il est arrivé à la concession. Un des ponts de l’atelier est libre et l’on m’autorise à l’utiliser. J’ai envie de savoir tout de suite si mon choix est le bon …. et accessoirement d’avoir un mécano sous la main pour me secourir au cas où je rencontrerais des difficultés pour l’installer ; je connais mes limites en matière de compétences mécaniques !

A priori, ce n’est pas demain que je risque d’être embauché…. Philippe m’apporte son aide précieuse pour installer le nouveau venu sur son arbre de transmission. Il n’y a plus qu’à rentrer à la maison pour vérifier le bien-fondé (ou pas) de cette modification.

Bouton de démarreur. Le bicylindre se réveille. J’enclenche la première et décolle doucement. Je monte les rapports sur le boulevard extérieur et sens nettement le rallongement de la démultiplication. La moto réagit avec moins de vivacité aux ordres de la poignée de gaz.

Je sors de la ville. En 6ième, le régime indiqué est le même que précédemment à la même vitesse donnée par le tableau de bord mais je sens que je roule plus vite. Mes sensations sont bonnes. C’est l’effet « Mir laine », comme le disait une vieille publicité ! Tout est plus doux, les montées en régime sont moins rageuses mais il y a aussi un relâché des gaz moins violent sur les premiers rapports, avec un frein moteur atténué. Je suis sûr que cela peut ne pas convenir à certains mais, pour ma part, je suis enchanté alors que je me dirige sur Pau en cette fin de journée. C’est bien ce qu'il me fallait.

C’est impressionnant comment une simple dent de plus peut changer mon ressenti. J’ai le sentiment d’être sur une plus grosse cylindrée, ce que pourrait donner comme sensation une CB 600 X. Le régime moteur plus bas et des accélérations plus progressives changent ma perception de la moto.

Plus étonnamment, alors que je quitte la route principale pour un itinéraire plus sinueux, je ressens une moto légèrement moins vive dans les virages. Le changement reste faible mais il est bien là. Est-ce que le fait d’avoir un moteur qui tourne moins vite diminue la contrainte imposée à la partie-cycle dans les virages et rend la moto un peu moins vive ? Je ne sais l’expliquer mais mon ressenti est bien que la moto a perdu un brin de vivacité.

Plus je roule et mieux je me sens au guidon. Indécrottable ex-Transalpiste (oui, je l’avoue !), je retrouve les sensations que j’éprouvais au guidon du V-twin. Je sais que les performances auront régressé, notamment au niveau des accélérations et des reprises, mais ceux qui me connaissent savent que je suis plus attaché à tracer de belles courbes qu’à freiner fort pour embrayer sur une accélération brutale en sortie de virage. De plus, ces montées en régime plus progressives me permettent de garder le même rapport (troisième ou quatrième) entre deux virages sans avoir à trop faire hurler le moteur. Bref, tous ces changements sont en phase avec ma manière de piloter ma moto et j’ai le sourire sous mon casque. Mon investissement de moins de 30 euros valait vraiment le coup! Je ne suis pas un adepte du frein moteur à outrance comme d’autres et j’apprécie cette progressivité quand je coupe les gaz. Ma moto se rapproche maintenant de l’onctuosité de mes Transalp et cela me satisfait complètement.

Petit inconvénient, je sens que j’ai tendance à rouler un peu plus vite qu’avant et comme la vitesse est faussée, il va me falloir redoubler de vigilance avec les radars. La première chose à faire sera d’étalonner mon compteur (je ne suis pas un féru en technologie moderne mais il semble que cela est possible via un téléphone faisant office de GPS). Sinon, il y a la solution plus coûteuse d’installer un boîtier du nom de speedohealer, un calibreur de vitesse (79 euros).

J’ai parcouru 120 kilomètres de plus ce week-end et ils ont confirmé que cette modification de la démultiplication allait dans le bon sens pour moi, même si elle générait une baisse d’efficacité mécanique. La démultiplication d’origine était vraiment en phase avec les caractéristiques du petit bicylindre et j’ai le sentiment que le moteur va perdre un peu de son rendement. Je n’ai pas encore pu vérifier mais j’ai eu l'impression que je sollicitais un tout petit peu plus la poignée de gaz pour rouler à mon rythme ce qui pourrait générer une petite augmentation de la consommation, surtout sur routes sinueuses et ou montagneuses. Il n’y a plus qu’à rouler pour avoir un point de vue élargi.