Sortie de mon premier roman : L’araignée et les volets de bois

Huitième partie: Honda CB 500 X, ma petite Africa Twin - Et le duo?

 

 

 

 

7 avril 2019.  Voilà huit petits jours que j'ai commencé à découvrir ma nouvelle moto. J'ai ressenti une grande frustration de ne pouvoir rouler avec elle au cours de la semaine du fait de mes obligations professionnelles et familiales. Sur sa béquille centrale, contre le mur du garage, elle semblait me dire, alors que je prenais mon vélo pour aller au travail: "Emmène-moi sur les routes!".

Heureusement, j'ai pu me rattraper vendredi soir en allant chez mon concessionnaire pour la révision des 1000 kilomètres.

Et, hier, elle a eu droit à un test en duo. Bilan positif. Marie était bien installée, les repose-pieds ne sont pas trop hauts et l'amortisseur arrière fait preuve de souplesse. Elle a apprécié le confort. Pour ma part, je n'étais pas gêné, la selle est suffisamment spacieuse. Au niveau moteur, j'ai senti que ce n'était qu'un 500 cm3 dans ces conditions de duo. Il faut anticiper un peu plus lors des dépassements, mais cela reste correct, d'autant que le rodage n'est pas terminé et que je limite les montées en régime.

Les qualités du châssis et des suspensions sont marquantes. Je ne me tracasse pas en voyant les grosses inégalités que l'on trouve de plus en plus fréquemment sur les routes. D'ailleurs, je ne cherche pas à les éviter systématiquement, preuve d'un amortissement très satisfaisant. C'est vraiment dans ce dernier domaine que cette moto a le plus évolué; elle a gagné en homogénéité.

En tout cas, elle me donne envie de rouler. Aujourd'hui, après le repas de midi, je n'ai pas pu résister, en prétextant un rodage à peaufiner, et je suis parti pour une petite virée de 150 kilomètres sur les routes sinueuses qui pullulent autour de Pau. C'est un terrain où la moto excelle. Les nombreuses traces d'humidité dans le bois de Bager n'ont pas entamé ma confiance dans cette moto qui n'a provoqué aucune chaleur malgré un rythme soutenu. Elle est rassurante dans ces conditions.

La frugalité du bicylindre se confirme bien que je roule plus vite et accélère plus vivement. 13,63 litres pour 427,3 kilomètres parcourus, soit une consommation de 3,19 litres aux 100.

1350 kilomètres effectués et toujours la même envie, continuer à rouler!